C’est quoi un Troubles Bipolaires ?

C’est quoi un trouble Bipolaire ?

Le Trouble Bipolaire 

Trouble bipolaire est un terme de la nouvelle classification psychiatrique pour désigner un « trouble de l’humeur » fluctuant entre les deux pôles maniaque et dépressif. Cette nouvelle appellation, adoptée par l’ American Psychiatric Association depuis 1968 /1980 et qui figure dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM, III et IV), est destinée à remplacer l’ancienne « maladie maniaco-dépressive » de la classification psychiatrique précédente.

Terminologie et définition[modifier | modifier le code]

Le « trouble bipolaire » est un trouble de l’humeur qui se définit par une variation anormale de l’humeur : alternance de périodes d’excitation et de dépression. Le terme « bipolaire » évoque ainsi ces deux pôles, entre lesquels l’humeur oscille.

L’ancienne maladie « maniaco-dépressive » et ses antécédents psychanalytiques[modifier | modifier le code]

Le terme « trouble bipolaire » est destiné à remplacer en psychiatrie l’ancienne « maladie maniaco-dépressive »1.

Jusqu’en 1980, le trouble bipolaire était en effet dénommé « psychose maniaco-dépressive »1 (PMD) ou « maladie maniaco-dépressive » (MMD). L’emploi du concept de « bipolarité » est issu de la reformulation, officialisée par le DSM-III en 1980, d’un grand nombre de termes descriptifs de troubles mentaux2.

Contrairement à certains psychiatres et psychologues de la filière psychodynamique3, le DSM-III a exclu tous les termes de provenance psychanalytique, comme le terme de « psychose » qui a une acception variable selon l’école de pensée4. Ce seul changement de terme a fait l’objet d’une controverse dans le monde médical2Élisabeth Roudinesco et Michel Plon écrivent: « Comme la notion de schizophrénie, celle de psychose maniaco-dépressive a été évacuée de la nouvelle classification comportementaliste du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM, III et IV) adoptée par l’American Psychiatric Association (APA), à partir de 1968, pour être remplacée par celle de trouble bipolaire »5. Selon Vassilis Kapsambelis« la lecture des œuvres de Karl AbrahamSigmund Freud et de Melanie Klein, constitue une introduction indispensable à une compréhension métapsychologique des troubles de l’humeur. Ceux-ci ne sont pas que « thymiques », mais correspondent à une véritable « façon d’être » globale de la personnalité »6.

Définition psychiatrique actuelle[modifier | modifier le code]

Le diagnostic psychiatrique décrit une catégorie de troubles de l’humeur définie par la fluctuation de l’humeur, oscillant entre des périodes d’élévation de l’humeur ou d’irritabilité (manie ou dans sa forme moins sévère d’hypomanie), des périodes de dépression et des périodes d’humeur moyenne (normothymie).

La cause n’est pas clairement déterminée. Elle associe à la fois des facteurs de vulnérabilité génétique et des facteurs environnementaux1. Le traitement des troubles bipolaires repose sur une aide psychologique adaptée au patient et des médicaments psychotropes associés parfois à des antipsychotiques1.

La prévalence des troubles bipolaires est estimée à environ 1 à 2 % de la population, en Europe, Asie et Amérique.

Symptômes et diagnostic[modifier | modifier le code]

Il est nécessaire d’éliminer d’autres troubles, notamment parce que des symptômes dus à un dérèglement de la thyroïde pourraient être attribués par erreur à un trouble bipolaire. Les individus atteints de trouble bipolaire montrent des symptômes qui peuvent aussi être confondus avec ceux de la schizophrénie7, de la dépression ou du trouble de la personnalité borderline, entre autres.

Signes et symptômes[modifier | modifier le code]

Lorsque les fluctuations d’humeur dépassent en intensité ou en durée celles de l’humeur normale et qu’elles entraînent des altérations du fonctionnement ou une souffrance, on parle de troubles de l’humeur. Le trouble bipolaire est un trouble mental qui touche la régulation et l’équilibre de l’humeur. Les individus qui en souffrent sont sujets à des fluctuations d’humeur excessives, voire extrêmes, sans qu’il y ait forcément un événement extérieur déclenchant.

Les individus bipolaires connaissent des périodes où leur humeur est excessivement « haute » : il est question d’hypomanie (« hypo- » signifie « moins que » ou « sous ») si l’élévation de l’humeur est relativement modérée et d’un état maniaque si elle est très importante8. De plus, les individus présentant un trouble bipolaire peuvent également connaître des périodes durant lesquelles leur humeur est particulièrement basse – il est alors question d’état dépressif modéré ou sévère. En fait, les périodes d’humeur haute et d’humeur basse alternent le plus souvent, entrecoupées de périodes d’humeur normale. Le terme « bipolaire » renvoie à la manie et à la dépression, qui sont les deux extrêmes (pôles) entre lesquels l’humeur oscille. L’oscillation spectaculaire de l’humeur est parfois appelée épisode ou accès thymique. La fréquence, l’intensité et la durée des épisodes thymiques varient d’un individu à un autre. En l’absence de traitement ou de soins appropriés, la fréquence des oscillations et la gravité de cette maladie chronique peuvent augmenter.

Le trouble bipolaire peut se caractériser par une phase maniaque sans présence de phase dépressive. Les individus souffrant de trouble bipolaire peuvent également faire l’expérience d’épisodes mixtes durant lesquels les symptômes de manie ou d’hypomanie tels que l’excitation par exemple et les symptômes de dépression tels que la tristesse sont ressentis en même temps. Ces événements sont souvent entrecoupés par des périodes de stabilité de durée variable. Un état maniaque très intense peut s’accompagner de délireset d’hallucinations.

Épisodes dépressifs[modifier | modifier le code]

Les signes et symptômes de cette phase dépressive du trouble bipolaire comprennent des sentiments persistants de tristesse, d’anxiété, de culpabilité, de colère, d’isolement ou de désespoir ; des troubles du sommeil et de l’appétit ; de la fatigue et des pertes d’intérêt dans les activités ; problèmes de concentration ; solitude, haine envers soi, apathie ou indifférence ; dépersonnalisation ; timidité ou anxiété ; agressivité, souffrance chronique (avec ou sans cause apparente) ; manque de motivation ; et idées suicidaires morbides9. Dans certains cas sévères, l’individu peut présenter un délire ou, plus rarement, des hallucinations10. Un épisode dépressif majeur peut persévérer au-delà de six mois s’il n’est pas traité11.

Épisodes maniaques[modifier | modifier le code]

La manie est caractérisée par un état dans lequel l’individu présente une humeur élevée ou irritable qui peut être euphorique et qui dure au moins une semaine (moins si une hospitalisation est requise)12. Des délires, comme chez les individus schizophrènes, sont diagnostiqués et peuvent être de différents types (par exemple sur le thème du complot ou sur un thème mystique, le délire de grandeur est cependant plus fréquent). En phase de manie, l’individu peut faire des gestes dangereux pour lui et pour les autres. C’est alors un cas d’urgence psychiatrique. L’individu doit être hospitalisé.

Épisodes hypomaniaques[modifier | modifier le code]

Lors d’une phase d’hypomanie, les idées s’accélèrent, l’individu ne ressent plus la fatigue ni l’envie de dormir, a tendance à être euphorique, à avoir davantage d’idées, fait des projets, parfois très ambitieux voire irréalistes. Ces phases peuvent varier entre plusieurs heures, et quelques jours consécutifs. Dans certains cas, le sujet peut avoir des pensées mégalomaniaques, et une désinhibition sociale et parfois sexuelle.

Symptômes associés[modifier | modifier le code]

Un des aspects dramatiques de ce trouble mental est que, lors de la phase maniaque, l’individu peut se discréditer gravement sur le plan social et professionnel. Une fois la phase de manie passée, lorsqu’il se rend compte de la manière dont il agit, l’individu est souvent accablé ; cela s’ajoute à son sentiment de dépression. Cependant, les troubles peuvent se manifester par de graves troubles du jugement, ainsi altéré ; des biais cognitifs, ou « artefacts cognitifs », peuvent se faire jour, notamment un sentiment de persécution associé à un sentiment de toute-puissance. Dans ces moments, il est important que l’individu atteint de trouble bipolaire ne reste pas seul. Le désespoir peut être intense, le risque de suicide est très fort13, l’individu se dévalorise et se juge nul, inutile, éprouve un immense sentiment de honte.

Certains patients atteints de trouble bipolaire peuvent éprouver des problèmes moteurs pendant leurs épisodes. Ces problèmes touchent jusqu’à 25 % des patients déprimés et jusqu’à 28 % des patients qui traversent un épisode mixte ou maniaque.[réf. souhaitée] Ces problèmes moteurs sont appelés « symptômes catatoniques ». Ces symptômes varient et peuvent comprendre une agitation extrême, ou au contraire, un ralentissement des mouvements. Parfois, le patient fait des mouvements ou adopte des postures inusités. Il est soit impossible à ralentir, soit impassible au point de refuser d’ouvrir la bouche pour manger, boire ou parler. Sa santé physique est alors gravement menacée. Dans la plupart des cas, un traitement permet d’éliminer les symptômes catatoniques.

Le trouble bipolaire est le trouble psychiatrique avec le plus haut risque de suicide à long terme – de l’ordre de 15 % sur la vie entière, soit trente à soixante fois plus que la population générale14. Ce risque, fait avant tout, suite à la présence d’épisodes dépressifs mixtes ou à la fréquence élevée de comorbidité, comme les troubles anxieux ou l’alcoolodépendance15.

Troubles unipolaires[modifier | modifier le code]

L’abandon du terme « psychose maniaco-dépressive » au profit de l’expression troubles bipolaires, a fait distinguer deux sortes de dépressions : les dépressions bipolaires dans lesquelles les phases dépressives alternent avec des phases de manie, et les dépressions unipolaires qui ne comportent qu’une succession de phases dépressives16 ; ces deux types de dépressions ne peuvent pas être différenciés par les symptômes qui sont identiques ; toutefois, on observe que les dépressions bipolaires peuvent commencer beaucoup plus jeune (12–15 ans) et ne réagissent pas aux antidépresseurs, tandis que les dépressions unipolaires commencent plus tard (18–30 ans) et ne réagissent pas ou peu aux thymorégulateurs.

On parle aussi de manies unipolaires pour les manies qui ne sont pas associées à des phases dépressives.

Les différences qui existent entre une dépression unipolaire et bipolaire peuvent être regroupées dans le tableau classé à droite de la section17.

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Le trouble bipolaire peut s’exprimer différemment et ne pas être reconnu d’emblée. Cette situation est malheureusement la plus fréquente. Certaines données épidémiologiquesillustrent cette réalité : de 3 à 8 ans d’évolution avant que le diagnostic n’ait été posé correctement et qu’un traitement spécifique n’ait été mis en place, intervention de 4 à 5 médecins différents18. La recherche de périodes d’exaltation est un bon moyen pour établir le diagnostic ; mais il n’est pas toujours évident pour le patient de comprendre que les périodes où il se sentait particulièrement bien ont la même origine que les périodes où il se sentait mal. Devant la fréquence des troubles bipolaires et l’importance de l’enjeu pronostique, la recherche de signes de bipolarité devrait être systématique devant tout épisode dépressif. Elle devrait répondre à une codification afin de faciliter la démarche diagnostique[réf. nécessaire].

La prise en compte des antécédents familiaux ne se limite pas simplement à rechercher des troubles de l’humeur chez les ascendants et collatéraux. L’existence ou non d’une alcoolo-dépendance, de troubles du comportement, d’une originalité, de suicides ou de tentatives de suicides, de troubles anxieux, de troubles des conduites alimentaires, de troubles obsessionnels doivent être recherchés[réf. nécessaire]. Parmi les antécédents personnels, les manifestations pouvant témoigner d’un trouble de l’humeur pourront orienter le diagnostic vers un trouble bipolaire : période d’euphorie et d’excitation, de dépenses excessives, comportements originaux, problèmes avec la justice, alcoolo-dépendance, conduite à risque ou excessive, crises de violence ou d’agressivité, la notion d’une cassure par rapport à l’état antérieur, d’un changement, d’une modification du caractère, la notion d’un virage de l’humeur lors d’une prescription préalable d’antidépresseurs…

Un âge précoce de début des symptômes, au moment de l’adolescence ou au début de l’âge adulte, est aussi un indice à prendre en compte : le trouble unipolaire (dépression) ayant toutefois un début plus tardif. Chez la femme, des troubles de l’humeur survenant dans les suites de l’accouchement et avant le retour de couches seront très en faveur d’un diagnostic de bipolarité. Un tempérament de base de type hyperthymique caractérisé par une hyperactivité, une hypersyntonie, des projets multiples, une sociabilité excessive peuvent orienter vers ce diagnostic. D’autres traits de personnalité sont fréquemment retrouvés chez les patients bipolaires : hypersensibilité, dépendance affective, recherche de sensations fortes… Certaines études ont de même souligné une corrélation entre trouble bipolaire et créativité, bien que cette relation reste incertaine et peu expliquée19,20,21.

La symptomatologie dépressive évoquant une bipolarité peut présenter une ou plusieurs particularités : symptômes psychotiques, altération du rythme circadien avec inhibition psychomotrice majeure le matin et atténuation en fin de journée, symptômes de dépression atypique : hypersomniehyperphagie, inhibition psychomotrice pouvant aller jusqu’à un blocage de la pensée, labilité de l’humeur. Il est également recommandé de réaliser un entretien avec un membre de la famille et d’inciter le patient à faire des auto-évaluations (life chart…)22. D’autres symptômes n’ont pas de spécificité propre mais sont fréquemment observés : irritabilitéagressivité, réaction de colèresensibilité excessive, émoussement affectif pouvant aller jusqu’à une incapacité à pleurer et ou à exprimer des affects négatifs.

Classifications[modifier | modifier le code]

Les classifications officielles du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-IV) et de la Classification internationale des maladies (CIM 10) distinguent trois types de trouble bipolaire8,23 :

  • Trouble bipolaire de type I (en) : caractérisé par un ou plusieurs épisodes maniaques ou mixtes et des épisodes dépressifs d’intensité variable (le diagnostic peut être posé même en l’absence de trouble dépressif). Une cause organique, iatrogénique ou toxique ne permet pas de retenir ce diagnostic ;
  • Trouble bipolaire de type II (en) : défini par l’existence d’un ou plusieurs épisodes hypomaniaques et un ou plusieurs épisodes dépressifs majeurs ;
  • Cyclothymie : qui débute souvent à l’adolescence, de nombreuses périodes dépressives modérées ou d’hypomanie, de quelques jours à quelques semaines, sont diagnostiquées. Isolé par Kahlbaum, en 1882, le trouble cyclothymique constitue une forme atténuée de trouble bipolaire.

Klerman, en 1981, distingue six catégories de troubles bipolaires : les bipolaires I et II, tels qu’ils sont définis classiquement, les bipolaires III chez lesquels les états maniaques ou hypomaniaques ont été induits par des traitements médicamenteux, les bipolaires IV qui correspondent au trouble cyclothymique, les bipolaires V qui présentent des antécédents familiaux de troubles bipolaires et les bipolaires VI qui se caractérisent par des récurrences maniaques. Vingt ans après, Akiskal et Pinto individualisent huit formes différentes[réf. nécessaire].

Il est à signaler que certains[Qui ?] spécialistes expriment que les différentes sortes de troubles bipolaires ne forment qu’une seule maladie maniaco-dépressive, d’autant plus que le patient peut « changer » de forme de trouble bipolaire. Le spectre des troubles bipolaires s’est récemment[Quand ?] élargi en intégrant les tempéraments cyclothymiques et hyperthymiques, les troubles saisonniers et les formes évolutives brèves. Les différentes catégories de troubles qui appartiennent au spectre bipolaire ne justifient pas les mêmes mesures thérapeutiques et ne présentent pas les mêmes critères de gravité. La cinquième version du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-V) devrait inclure les bipolaires I et II, tels qu’ils sont définis actuellement[Quand ?], les BP II 1/2 qui seraient représentés par les troubles cyclothymiques, les bipolaires III qui intégreraient les états maniaques ou hypomaniaques induits par des traitements et les bipolaires IV qui correspondraient aux hyperthymies24. Ces dernières classifications montrent bien la tendance à l’extension du concept de troubles bipolaires, qui regroupe sous le terme de spectre bipolaire différentes entités : troubles, personnalités et tempéraments.

Diagnostic différentiel[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
DévelopperCette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2013).

Populations spécifiques[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Le carbonate de lithium est le seul traitement approuvé contre le trouble bipolaire chez l’enfant.

Jean-Pierre Falret, aliéniste célèbre pour ses découvertes en psychiatrie, identifie les troubles bipolaires qu’il nomme « folie circulaire ». Il a en effet en 1854, démontré que les accès de manie et de mélancolie, considérées jusque-là comme deux maladies différentes survenant chez le même individu ne sont en fait que deux phases dans l’évolution cyclique d’une seule et même maladie. Kraepelin la nommera un siècle plus tard psychose maniaco-dépressive.

Emil Kraepelin note, dans les années 1920, que les épisodes de manie sont rares avant la puberté26. D’une manière générale, le trouble bipolaire chez l’enfant n’a pas été reconnu durant la première moitié du xxe siècle. Les chances de reconnaître ce trouble chez l’enfant ont diminué tandis que le critère du DSM s’installe durant la fin du xxe siècle26,27. Lorsque l’âge adulte est atteint, le trouble bipolaire se caractérise par des épisodes cachés de dépression et de manie sans symptomatologie précise, chez les enfants et adolescents des changements rapides d’humeur ou des symptômes chroniques sont normaux28. Le trouble bipolaire pédiatrique se développe habituellement, à la place de la manie euphorique, par des excès de colère, d’irritabilité et de psychose, ce qui est moins commun chez les adultes26,28.

Le trouble bipolaire chez l’enfant et le préadolescent est le plus souvent de type cyclothymique29.

Le diagnostic du trouble bipolaire chez l’enfant (en) est controversé28. Cependant, le fait que les symptômes typiques aient des conséquences négatives chez les mineurs qui en souffrent n’est pas actuellement en débat26. Le débat principal se centre sur les différents symptômes du trouble bipolaire diagnostiqué chez l’enfant et du trouble bipolaire diagnostiqué chez l’adulte26, ainsi que sur la question concernant le critère diagnostique — si celui de l’adulte peut être appliqué chez l’enfant28. Selon le diagnostic chez l’enfant, certains experts recommandent de suivre les critères du DSM28. D’autres pensent que ces critères ne séparent pas correctement le trouble bipolaire de l’enfant des autres troubles comme le trouble du déficit de l’attention28. D’autres encore expliquent que ce qui différencie le trouble bipolaire chez l’enfant est l’irritabilité28. L’AACAP encourage la première stratégie26,28.

Les traitements impliquent les médicaments et la psychothérapie28. Une prescription de médicaments implique habituellement des stabilisateurs de l’humeur et des antipsychotiques atypiques28. Le traitement de première instance est la psychoéducation de l’enfant et de sa famille29.

Durant la vieillesse[modifier | modifier le code]

Il existe peu d’informations concernant le trouble bipolaire durant la vieillesse. Il semblerait devenir moins répandu avec l’âge mais il existe néanmoins un pourcentage. Il n’existe aucune différence de trouble bipolaire survenant à un jeune âge et à un âge avancé30. Durant la vieillesse, le traitement contre le trouble bipolaire peut se compliquer par la présence d’une démence ou par les effets secondaires de médicaments soignant une condition autre que le trouble bipolaire31.

Pronostic[modifier | modifier le code]

En règle générale, la cyclicité tend à s’aggraver avec le temps avec l’apparition de cycles courts. La cyclicité rapide (il s’agit de cycle rapide quand il y a plus de quatre crises par an) est associée avec un âge de début précoce, un trouble anxieux concomitant, l’abus de substances, des antécédents de tentatives de suicide, l’utilisation d’antidépresseurs et un antécédent familial de cycle rapide. Il est question de trouble bipolaire à cycles rapides lorsqu’il y a plus de quatre épisodes maniaques et/ou dépressifs durant au moins deux semaines par an32,33. Les cycles rapides sont particulièrement associés avec le trouble panique et les antécédents familiaux de trouble panique34. La nature des épisodes se modifie avec un mélange de symptômes maniaques et dépressifs : il est alors question d’épisodes mixtes ; l’humeur moyenne tend à devenir de plus en plus dépressive et le patient présentera de moins en moins d’épisodes maniaques35. Il est noté avec l’évolution une diminution des capacités cognitives. Cette évolution peut être atténuée par un traitement adapté instauré le plus précocement possible. Aucune donnée, à ce jour, n’atteste de cas de guérison spontanée.

Rémission[modifier | modifier le code]

Les accalmies saisonnières, notamment l’été, ne peuvent être considérées comme des périodes de rémission. Des périodes longues (plusieurs années) amènent parfois le patient à interrompre son traitement, précipitant ainsi sa rechute.

Causes[modifier | modifier le code]

À l’heure actuelle, on ne connaît toujours pas avec certitude les causes du trouble bipolaire, le modèle bio-psycho-social s’applique à ce trouble mettant en avant la notion de vulnérabilité qui s’exprime tant au plan de la génétique qu’à celui de la personnalité, l’environnement jouant le plus souvent un rôle de déclencheur.

Biologiques, dont génétiques[modifier | modifier le code]

Il apparaît clairement que des facteurs biologiques sont impliqués car il existe des anomalies dans la production et la transmission de substances chimiques cérébrales appelées neurotransmetteurs, ainsi que des anomalies hormonales, notamment du cortisol également impliqué dans le stress. Ces anomalies sont elles-mêmes en lien avec des facteurs génétiques, ce qui explique la prédisposition familiale. C’est donc l’interaction de facteurs biologiques et environnementaux qui explique le mieux l’apparition d’un trouble bipolaire36. Il semble exister une certaine similarité génétique commune entre la schizophrénie et les troubles bipolaires37, ce qui amène à reconsidérer la distinction entre les deux syndromes38,39. Certaines classifications parlent même de continuum entre les deux maladies.

L’existence d’une vulnérabilité génétique vis-à-vis du trouble bipolaire est établie40. Le risque de présenter un trouble bipolaire si un des parents de premier degré est atteint est de 10 % par rapport à la prévalence de 1 à 2 % dans la population générale41. la mutation sur plusieurs gènes est corrélée avec le risque de survenue de la maladie : SLC6A4/5-HTTBDNFCOMT (en)DISC1DTNBP1 (en)DAOA (en)NRG1 (en)CACNA1C (en) et ANK3 (en)42. En 2017, on estime que les facteurs génétiques contribuent pour 60 % à l’apparition des troubles bipolaires43. Quand les deux parents sont atteints, l’enfant a un risque sur deux de développer la maladie43.

La taille de l’hippocampe du cerveau pourrait également être en cause d’un trouble bipolaire44 : une taille plus petite de cette structure semble corrélée avec la bipolarité. Il existe aussi certainement un dysfonctionnement neuronal ainsi qu’une perte de neurones dans l’hippocampe des patients souffrant de troubles bipolaires. Ainsi, une étude en spectroscopie protonique par IRM a montré que la concentration en N-acétyl aspartate, un acide aminé présent normalement dans l’hippocampe, est diminué chez les patients souffrant de troubles bipolaires et s’aggrave avec l’ancienneté du trouble. D’autres anomalies sont retrouvées, en particulier au niveau de la partie antérieure du gyrus cingulaire où il existe un dysfonctionnement dans la régulation des neurones glutamaergiques. Il existe par ailleurs des anomalies morphologiques, notamment du cervelet, retrouvées chez les patients bipolaires ayant fait plusieurs épisodes de trouble de l’humeur. Ainsi, l’étude de Mills et al.45 compare le volume du cervelet chez des patients bipolaires après un épisode et après plusieurs épisodes de la maladie en IRM et montre que celui-ci est plus petit chez les patients ayant fait plusieurs épisodes. De même, un élargissement ventriculaire est trouvé chez les patients ayant fait plusieurs épisodes maniaques.

Il semble exister une cause génétique commune avec la schizophrénie46, les parents et les proches d’individus ayant une schizophrénie ont un risque plus élevé de trouble bipolaire et vice-versa, montre la recherche, ce qui fait poser la question par certains de la réalité de la distinction entre les deux syndromes47. À noter que le manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM) et la classification internationale des maladies (CIM), sont actuellement[Quand ?] en processus de révision (la publication du DSM-V étant attendue pour 2012), ils considèrent que la conception binaire de ces deux maladies devrait être abandonnée dans les prochaines éditions.

Psychologiques[modifier | modifier le code]

Le rôle des facteurs psychologiques et environnementaux dans le déclenchement de la maladie et des accès a longtemps été minimisé, cette pathologie étant considérée comme endogène. Les facteurs environnementaux fragilisants sont de mieux en mieux identifiés. Les études génétiques de liaison permettent d’identifier les régions chromosomiques porteuses des gènes probablement impliqués dans cette maladie, en particulier les régions 13q31 et 22q12. Les autres facteurs de risque peuvent concerner des événements précoces de vie, comme le deuil d’un parent, une carence affective ou des agressions sexuelles dans l’enfance. Les études longitudinales montrent qu’avant le déclenchement de la maladie, il existe des déficits cognitifs localisés, touchant notamment la fonction visuospatiale (ou visiospatiale). Ces déficits cognitifs renvoient probablement à des anomalies neuro-développementales en rapport avec les facteurs de risque génétiques. Les études de neuro-imagerie fonctionnelle montrent des dysfonctions lors de l’exécution de tâches cognitives touchant notamment le circuit fronto-striatal. Au cours de la vie, il existe d’autres facteurs précipitants tels que : les événements pénibles de vie (difficultés conjugales, problème professionnel ou financier…) et les périodes de stress répétées (surmenage professionnel, manque de sommeil, non-respect des rythmes biologiques propres). Il a également été démontré qu’un niveau d’expression émotionnelle élevé dans les familles (emportements ou cris pour des événements mineurs) était un facteur précipitant de la maladie[réf. nécessaire]. À l’inverse, un environnement familial ou social niant la réalité de troubles ou stigmatisant toute variation de l’humeur aura pour conséquence un déni de la maladie qui ne peut qu’entraîner un retard dans la prise en charge et une exposition accrue aux risques de la bipolarité.

Sur un plan théorique, une succession causale peut être décrite : les événements de vie sont à l’origine de dérèglement des rythmes sociaux, générateurs de perturbations des rythmes biologiques, qui entraînent elles-mêmes les récurrences dépressives et maniaques. Dans la conceptualisation de l’évolution des accès thymiques du trouble bipolaire selon le modèle cognitivo-comportemental48, on envisage les épisodes de décompensation de l’humeur comme le début d’un cercle vicieux qui provient des modifications des pensées et des émotions générées par le changement d’humeur et qui vont entraîner des changements des comportements ; ces altérations ne vont pas tarder à dégrader le fonctionnement habituel de l’individu et à générer des problèmes psychosociaux qui eux-mêmes vont créer du stress et des conséquences sur le sommeil (entre autres) participant ainsi à intensifier en boucles les symptômes déjà présents ou précipitant un nouvel accès ultérieur. Il est établi que les perturbations des rythmes sociaux, conséquences d’événements plus ou moins sévères, favorisent le risque de récidives de troubles thymiques. Les données de la littérature concernent essentiellement le sommeil. Elles portent sur la privation de sommeil et l’induction de manie49, sur les manies induites par des voyages Ouest-Est50, sur les manies induites par des perturbations des rythmes sociaux51. La privation de sommeil est réputée pour avoir des propriétés antidépressives et peut donc provoquer une rechute car les bipolaires privés d’une nuit de sommeil sont en effet sujets à des décompensations maniaques52. Le « déphasage » qui peut exister entre les rythmes sociaux et les rythmes biologiques constitue aussi une cause de récidive.

L’influence des événements de vie tendrait à décroître en fonction du nombre de récidives car la succession d’épisodes provoque une sensibilisation, c’est-à-dire une vulnérabilité biologique croissante vis-à-vis des événements déclenchants ou précipitants41.

Sociales et environnementales[modifier | modifier le code]

La période entre la fin de l’adolescence et le début de l’âge adulte est une période clé dans le déclenchement du trouble bipolaire. Il est estimé que celui-ci débute souvent avant 30 ans, et que l’âge moyen d’apparition des premiers symptômes est 25 ans43,53, sachant que le diagnostic et la prise en charge peuvent prendre un certain temps54. Parmi les facteurs sociaux et environnementaux identifiés, le stress et l’anxiété, même mineurs, contribuent au déclenchement de la maladie. En 2017, les études établissent qu’entre « un tiers et la moitié des jeunes patients qui entrent dans la maladie sont des consommateurs réguliers de cannabis ou d’alcool »43.

D’autres facteurs environnementaux sont à l’étude, notamment l’alimentation. En 2018, une étude établit un lien entre consommation de viande traitées aux nitrates et déclenchement d’épisode maniaque55.

Traitements[modifier | modifier le code]

Le mécanisme des troubles bipolaires est mal connu. Les causes sont multiples, probablement biologiques, psychologiques et environnementales. La prise en charge est complexe, et se fait sur plusieurs plans : hygiène de vie, traitement médicamenteux, psychothérapie, aménagement de l’environnement. Des cas sévères peuvent inclure généralement de sévères épisodes maniaques impliquant un comportement dangereux du patient ou des épisodes dépressifs impliquant des idées suicidaires. Il existe des problèmes sociaux tels que la stigmatisation, les stéréotypes et préjugés à l’encontre des individus atteints de trouble bipolaire56. Les troubles bipolaires peuvent donner lieu à la reconnaissance du handicap. Il est alors question de handicap psychique57.

Médicaments[modifier | modifier le code]

La base du traitement pharmacologique des troubles de l’humeur sont des médicaments nommés « normothymiques » ou « thymorégulateurs » : les sels de lithium, les anticonvulsivants (anti-épileptiques) tels que le valproate (médicament Depakote : divalproate de sodium), la carbamazépine (médicament Tegrétol) et la lamotrigine. Leurs mécanismes d’action semblent opérer différemment. Leur indication principale est leur effet anti-manie puis de prévention des rechutes.

Aujourd’hui[Quand ?], on tend à utiliser moins fréquemment le lithium, en raison des contraintes de ce médicament (nécessité de faire un bilan sanguin et des prises de sang pour ajuster la dose, et de surveiller le taux de lithium dans le sang, la dose efficace étant très proche de la dose toxique). Les psychiatres en France tendent de plus en plus souvent aujourd’hui à prescrire des neuroleptiques, qui font office de thymorégulateurs. Cela peut être l’olanzapine (médicament Zyprexa mis sur le marché en France en 199658), l’aripiprazole (médicament Abilify mis sur le marché en 200459) ou encore la quétiapine (spécialité Xeroquel, ou Seroquel, selon les pays, mise sur le marché en France en 201160). La pression des firmes s’explique par le fait que ces médicaments, sous brevet, coûtent plus de 100 euros la boîte de 28 comprimés, tandis que le lithium, passé dans le domaine public, coûte très peu cher61. Toutefois, ces antipsychotiques sont réellement efficaces en prévention du trouble bipolaire.

Plusieurs régulateurs d’humeur peuvent être prescrits simultanément, jamais en première intention. Ils se dosent tous dans le sang et un contrôle sanguin est nécessaire. Selon chaque molécule et du fait des effets secondaires très importants, d’autres constantes biologiques peuvent être surveillées. Par exemple, l’aripiprazole et l’olanzapine favorisent une prise de poids, l’olanzapine, cependant, favorise le diabète, tandis que la quétiapine favorise les deux. De nombreux procès sont en cours à ce sujet aux États-Unis, avec la preuve apportée par les parties civiles que le fabricant a sciemment caché ces informations62,63,64,65,66,67. Le lithium peut affecter la thyroïde.

Un certain nombre de principes thérapeutiques sont à respecter68[source insuffisante],69[source insuffisante]. Prescrire un thymorégulateur quelle que soit la phase de la maladie et utiliser en première intention un produit dont l’efficacité a été bien démontrée avec les posologies les plus faibles possibles ; privilégier une monothérapie ainsi qu’une prise quotidienne unique, afin d’optimiser la compliance, et réévaluer le choix du thymorégulateur en cas de mauvais suivi ; proscrire les antidépresseurs dans les états mixtes et limiter l’usage des antidépresseurs tricycliques dans les troubles bipolaires ; utiliser une stratégie thérapeutique en plusieurs phases afin d’adapter le traitement à l’état du patient et maintenir le traitement prophylactique le plus longtemps possible. Actuellement, le principe communément admis est que tout patient bipolaire doit bénéficier d’un traitement thymorégulateur. Pour le traitement pharmacologique des dépressions bipolaires, la prescription d’antidépresseurs en monothérapie aggrave incontestablement le pronostic du trouble bipolaire en induisant des virages maniaques, des épisodes mixtes, des cycles rapides, et en favorisant la résistance au traitement; certaines études montrent que les antidépresseurs peuvent, même en présence de thymorégulateurs, amener à une aggravation des cycles de l’humeur70. Il demeure toutefois un certain flou à ce sujet, les avis scientifiques restant partagés71. Un tiers des patients bipolaires présentent des virages maniaques ou hypomaniaques sous antidépresseurs. L’objectif du traitement antidépresseur est la rémission de l’épisode dépressif, mais présente toujours ce risque d’induire un virage maniaque. Ce risque est plus faible si le patient est déjà sous thymorégulateur. L’option idéale en première intention pour la dépression bipolaire serait de prescrire ou d’adapter la posologie d’un stabilisateur d’humeur, mais en pratique lorsqu’ils sont utilisés seuls, les thymorégulateurs n’ont pas toujours une efficacité suffisante14. Ils peuvent être brefs et résolutifs (BP-II, BP-III), mais ils peuvent aussi devenir incontrôlables (BP-I). En pratique, les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) sont plus prescrits dans ce contexte car ils ont moins de risque d’induire des virages de l’humeur. Malgré tout, eux aussi sont suspectés de déstabiliser les patients lors d’un usage à long terme ; mais là aussi les avis scientifiques sont partagés et probablement sous l’influence plus ou moins directe des laboratoires, selon qu’ils produisent plutôt des antidépresseurs ou des antipsychotiques atypiques72. Les recommandations américaines conseillent d’arrêter le traitement antidépresseur dans les six mois qui suivent la rémission de l’épisode dépressif, afin de diminuer le risque. Les recommandations du NICE73 concernant le traitement des épisodes mixtes sont les mêmes que pour les épisodes maniaques sans préférence pour un traitement particulier. Il est par contre bien stipulé qu’il ne faut pas prescrire d’antidépresseur et que ces états nécessitent une surveillance étroite du fait du risque suicidaire.

Compte tenu de tous ces facteurs de risques : une vigilance et une surveillance clinique minutieuse sont indispensables et ce n’est malheureusement pas encore l’habitude en France. Une dépression bipolaire n’est pas une dépression unipolaire, ni une dépression nerveuse comme les autres. Les antidépresseurs dans la dépression bipolaire ne sont généralement justifiés qu’en cas de dépressions d’intensité sévère et toujours en association avec un thymorégulateur. Pour plus d’éléments concernant les antidépresseurs74, et plus globalement les traitements du trouble bipolaire, l’étude américaine STEP-BD fait référence75. Il convient donc en premier lieu d’optimiser le traitement thymorégulateur en réalisant des dosages sanguins et en ajustant au mieux les taux thérapeutiques vers les limites supérieures préconisées, à condition que cela n’induise pas d’effets indésirables. Le recours si nécessaire, dans un deuxième temps, à un second traitement thymorégulateur visera à retrouver la normothymie tout en protégeant le patient contre un risque de déstabilisation de l’humeur. Les neuroleptiques sont utilisés dans le traitement de la phase aiguë ou dans un épisode mixte. L’objectif principal est d’obtenir le contrôle rapide des symptômes (impulsivitéagitationagressivitéetc.) de manière à éviter que le sujet ne se mette en danger, et à ce qu’il retrouve rapidement un fonctionnement psychosocial de bonne qualité.

Une récente étude Britannique a comparé les médicaments de première ligne pour le trouble bipolaire en mono-traitement (traitement seul) afin d’évaluer le taux d’échec . Cette étude était basée sur plus de 5 000 patients grâce aux dossiers de santé électroniques disponibles . Les médicaments en comparaison étaient : Le Lithium, l’Olanzapine, la Quétiapine et le Valproate . Les résultats ont confirmé que le traitement sous Lithium en mono-traitement avait un taux d’échec nettement inférieur, sans ajout complémentaire d’un autre médicament, que les autres médicaments (plus de 2 ans face à 1 an maximum) . Il a cependant été confirmé que pour stabiliser définitivement la personne bipolaire, il convenait d’associer antipsychotique et thymorégulateur76 .

Électroconvulsivothérapie[modifier | modifier le code]

L’électroconvulsivothérapie est utilisée avec une efficacité démontrée77, à la fois en cas de dépression, d’état maniaque, ou d’état mixte, sévères et/ou résistants aux médicaments78,79.

Un certain nombre d’effets secondaires cognitifs sont constatés avec ce traitement : un état confusionnel durant quelques heures, et des troubles de la mémoire pouvant être plus durables et persistants80.

Le psychiatre Marc Masson écrit en 2018 dans Les troubles bipolaires de la collection « Que sais-je ? » : « Les anciens électrochocs, dont la technique a considérablement évolué durant les vingt dernières années, gardent un réel intérêt. Appelé désormais électroconvulsivothérapie (ECT), ce traitement est réalisé sous anesthésie générale brève avec un stimulateur produisant un courant électrique bref pulsé, qui vise à provoquer une crise convulsive, mais uniquement dans le cerveau, et ce, pendant une vingtaine de secondes. À raison de deux à trois stimulations par semaine, le traitement par ECT dure en général un mois. La dépression bipolaire, qui résiste au traitement médicamenteux habituel, constitue une indication de choix pour l’ECT, dont l’image, ternie par l’histoire, ne doit pas éclipser son extraordinaire efficacité dans le traitement des crises dépressives de la maladie bipolaire81. »

Psychosocial[modifier | modifier le code]

Parallèlement aux traitements psychotropes, il peut être proposé de nouvelles approches de traitements psychothérapiques : mesures psycho-éducatives ; thérapies interpersonnelles basées sur les rythmes sociaux (IPSRT) ; ainsi que les thérapies cognitivo-comportementales et des thérapies centrées sur la famille. Ces thérapies permettent de limiter l’impact fonctionnel de la maladie, car même si la maladie peut être bien contrôlée par les traitements médicamenteux, il est difficile de supprimer l’ensemble de ses effets tant les bouleversements dans la sphère sociale, familiale, professionnelle et psychologique sont importants.

Les thérapies psychanalytiques n’ont pas apporté la preuve méthodologique de leur efficacité dans le trouble bipolaire ni dans la dépression comme pour l’ensemble du domaine de leur conception[pas clair][réf. nécessaire].

Les mesures psychoéducatives font partie avec les thérapies cognitivo-comportementales, des traitements psychologiques les mieux documentés et pour lesquels il existe un niveau de preuve d’efficacité élevé. Les bénéfices de cette approche complémentaire sont multiples : reconnaissance précoce des symptômes qui annoncent une récidive, amélioration de la qualité de l’observance, meilleure gestion de la vie sociale, professionnelle et affective, contrôle des facteurs déclenchants et précipitants, respect des règles d’hygiène de vie… Sont objectivés également une diminution du nombre de récidives et de rechutes, une diminution de la durée d’hospitalisation, un meilleur équilibre de la vie familiale, une amélioration de la qualité de vie82. Le traitement préventif, par exemple dans le cadre de la psycho-éducation, a pour objectifs d’évaluer les rythmes sociaux du sujet, de limiter les répercussions des événements, de limiter les situations d’excitation en limitant les stimulations et de rétablir une stabilité des rythmes sociaux. Ces techniques psychothérapiques doivent être mises en œuvre dès l’identification des événements perturbateurs, afin de prévenir les altérations des rythmes sociaux ou du sommeil83.

L’accompagnement est aussi très important, les proches sont souvent désemparés devant un individu bipolaire. Mais leur présence est un facteur de la réussite de l’amélioration de l’état physique et psychologique du malade84,85.

Psycho-éducation[modifier | modifier le code]

La psycho-éducation est un outil thérapeutique complémentaire de la prise en charge médicamenteuse des patients souffrant de troubles bipolaires. Les patients ayant participé à un groupe de psycho-éducation présentent moins de rechutes et moins d’hospitalisations, une meilleure connaissance de la maladie, une meilleure adhésion au traitement médicamenteux, une meilleure qualité de vie.

En France à Paris, des séances de psycho-éducation sont proposées à l’hôpital Sainte-Anne. L’hôpital Albert-Chenevier de Créteil en propose aussi. L’association Argos 200186organise des conférences assurées par des médecins ou des psychologues le 4e jeudi du mois à Paris dans le 14e arrondissement.

À Liège, en Belgique, de telles séances existent à Cointe, à l’hôpital psychiatrique Le Petit Bourgogne.

Par ailleurs, diverses associations d’entraide ont été créées.

Associations d’entraide[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]
  • Argos 2001 : association d’aide aux individus bipolaires et à leurs proches86.
  • France-Dépression : association française contre la dépression et la maladie bipolaire87.
  • Neptune : association d’entraide, d’information, de recherche et d’action sur les maladies psychiques88.
  • Bicycle : association d’aide aux familles d’enfants et d’adolescents ayant un trouble de l’humeur89.
  • Bipol35 [archive] : association Rennaise organisant des groupes de parole réguliers animés par des psychologues diplômés.
En Suisse[modifier | modifier le code]
  • Association ATB&D : association de personnes ayant un trouble de l’humeur, bipolaire ou dépressif90.
Au Canada[modifier | modifier le code]
  • Revivre.org : organisme venant en aide au gens atteints de bipolarité et à leurs proches91.

Prévalence[modifier | modifier le code]

Espérance de vie corrigée de l’incapacité pour les troubles bipolaires sur 100 000 habitants en 2002

  •      Aucune donnée
  •      Moins de 180
  •      180–186
  •      186–190
  •      190–195
  •      195–200
  •      200–205
  •      205–210
  •      210–215
  •      215–220
  •      220–225
  •      225–230
  •      230–235

Selon les auteurs, le trouble bipolaire a une prévalence de 0,2 (Canada) à 5,1 % (Hongrie) de la population18. Dans une étude de 2007, la prévalence vie-entière était de 2,4 % de la population des États-Unis pour le trouble bipolaire non spécifié, contre 1 % pour le trouble bipolaire I et 1,1 % pour le trouble bipolaire II92, soit un total de 4,5 % de la population.

Aux États-Unis, la prévalence chez le jeune de moins de 20 ans aurait été multipliée par 40 entre 1994 et 2003 et par un peu moins de 2 durant la même période chez l’adulte93. Les raisons de cette augmentation ne sont pas claires. Il est possible que ce diagnostic soit porté parfois en excès94, les critères n’étant pas rigoureusement respectés. En France, la prévalence est de 1 % de la population, 2 % entrant dans le spectre de la bipolarité (spectre de trouble de l’humeur allant depuis la cyclothymie jusqu’aux troubles polaires les plus graves95.

En Amérique, en Asie et en Europe, la prévalence des troubles bipolaires est globalement estimée de 1 à 2 % de la population1,96.

Le trouble bipolaire touche autant les hommes que les femmes, quels que soient leur origine socio-culturelle ou leurs niveaux socio-économiques. Cependant, il y aurait plus d’épisodes dépressifs chez la femme et plus de manies unipolaires chez l’homme97.

Comorbidité[modifier | modifier le code]

Le diagnostic et le traitement précoces du trouble bipolaire permettent d’éviter les troubles qui lui sont souvent associés (comorbidité). Elle est importante et doit être prise en compte au même titre que le trouble bipolaire. L’association avec un autre trouble psychologique psychiatrique est importante, elle concerne 60 % des patients bipolaires traités dont un tiers des sujets de type I98[source insuffisante].

Elle concerne essentiellement :

  • les troubles anxieux et en particulier le trouble panique (20 % dans l’étude ECA)[réf. souhaitée] : la prévalence sur la vie entière des troubles anxieux est d’environ un patient bipolaire sur deux 99. Ils sont en particulier associés avec un jeune âge de début, une plus forte tendance à faire des tentatives de suicide[réf. souhaitée]. La prévalence des troubles anxieux comorbides au trouble bipolaire a fait l’objet de nombreuses études, aboutissant à des pourcentages très différents d’une étude à l’autre :
    1. Le trouble anxieux généralisé (TAG), 10 % à 20 %
    2. Le trouble panique avec ou sans agoraphobie, 10 % à 20 %
    3. La phobie sociale, 5 % à 15 %
    4. La phobie spécifique (claustrophobie, phobie des hauteurs, des transports, etc.), 5 % à 15 %
    5. Le trouble obsessionnel-compulsif, moins de 10 %
  • les addictions dont la fréquence chez les sujets souffrant de troubles bipolaires est 6,6 fois supérieure à celle d’un sujet dans la population générale100, et les abus de substance avec ou sans addiction :
    1. Le syndrome d’abus d’alcool, en tête avec une prévalence de 42 %, est retrouvé surtout dans les phases dépressives. Une étude récente estime ce risque à 30 % pour les femmes et 50 % pour les hommes souffrant de trouble bipolaire[réf. nécessaire], . Comme le syndrome d’abus/dépendance à l’alcool est beaucoup plus fréquent chez les hommes que chez les femmes, le fait d’être bipolaire, multiplie par 7,5 le risque pour une femme d’avoir un diagnostic d’abus/dépendance à l’alcool pour seulement un facteur multiplicatif de 2,75 pour les hommes. Il est utile de rappeler que devant tout alcoolisme, il faut chercher un trouble bipolaire et ce, surtout chez les femmes.
    2. La consommation de cannabis s’élève à 16 %101[source insuffisante].
  • les troubles de la personnalité sont associés à environ 30 % des sujets bipolaires102. Les troubles de la personnalité le plus souvent associés au trouble bipolaire sont : personnalité borderline (41 %), personnalité narcissique (20,5 %), personnalité dépendante (12,8 %), personnalité histrionique (10,3 %)103[source insuffisante] ;
  • une inadaptation des traitements est également constatée par l’emploi inadapté des neuroleptiques et surtout des antidépresseurs, absence de thymorégulateur ou prescription de médicaments incompatibles. Le refus du traitement ou son observance irrégulière est aussi une dérive très fréquente, encouragée par la nostalgie des phases de (hypo)manie ;
  • les individus ayant subi plusieurs cycles de la maladie restent hypersensibles et voient leur seuil de déclenchement du trouble abaissé (théorie du kindling). Une stricte hygiène de vie est recommandée. Il existe aussi des comorbidités somatiques comme le surpoids et l’obésité, la contamination par VIH, le diabète et les affections endocriniennes, ainsi que les maladies cardiovasculaires ;
  • le surpoids concerne 58 % des patients bipolaires[réf. nécessaire]. Différentes causes ont été évoquées : l’implication des médicaments thymorégulateurs et plus particulièrement les antipsychotiques. La prise de poids est à surveiller lors de long traitement, car ce facteur peut suffire à lui seul à décider le patient d’arrêter le traitement, ou encore provoquer une mauvaise observation du traitement. En effet, le surpoids est à lui tout seul une source de problème. En plus de problèmes liés à la dégradation de l’image de soi, il peut entraîner des risques notamment tels que : diabète non insulino-requérant, affection cardio-vasculaire, rhumatismale, hypertriglycéridémie ;
  • de nombreuses études[Lesquelles ?] menées depuis 1990[réf. nécessaire] montrent une prévalence quatre fois supérieure chez les individus souffrant de troubles bipolaires en comparaison à la population générale, de contracter le virus du SIDA. Ceci semblerait s’expliquer par la désinhibition face au danger dans les phases maniaques et hypomaniaques, et/ou la consommation de drogues et d’alcool ;
  • certaines études[Lesquelles ?] conduites chez les patients bipolaires hospitalisés estiment la prévalence du diabète de type II chez les patients souffrant de troubles bipolaires à près de 10 %, alors qu’elle n’est que de 3 % à 4 % dans la population générale. Les maladies cardio-vasculaires sont elles aussi plus fréquentes chez les bipolaires et cela peut être mis en relation avec le risque relativement plus grand chez ces patients de développer diabète et surpoids, de présenter un trouble anxieux ou de mal respecter les règles d’hygiène de vie (consommation d’alcool notamment). La comorbidité psychiatrique modifie l’expression et le cours évolutif du trouble bipolaire.

Mortalité[modifier | modifier le code]

Le trouble bipolaire est la pathologie psychiatrique associée au plus fort risque de décès par suicide. Le risque suicidaire est trente fois supérieur à celui de la population générale et 15 à 19 % des patients atteints de cette maladie « réussissent » leur suicide104. Les chiffres concernant la cyclothymie ne sont pas connus. À cette mortalité par suicide, vient s’ajouter la mortalité liée à de nombreux autres facteurs : comorbidités somatiques, alcoolisme, mauvaise hygiène de vie, diabète, affections iatrogènes. Du fait des addictionsdiverses et des troubles du comportement, il semble qu’un individu bipolaire non traité ait en moyenne une espérance de vie inférieure de vingt ans à l’espérance de vie de la population générale[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le trouble bipolaire est une affection psychique connue de longue date et déjà décrite dans l’Antiquité. Au iie siècle av. J.-C.Arétée de Cappadoce fut le premier à utiliser le mot « manie » pour décrire les patients « qui rient, qui chantent, dansent nuit et jour, qui se montrent en public et marchent la tête couronnée de fleurs, comme s’ils revenaient vainqueurs de quelques jeux ». Il avait remarqué que, par la suite, ces gens changeaient d’humeur pour devenir « languissants, tristes, taciturnes ». Les relations entre la créativité, la mélancolie ou les périodes d’hypomanie (état d’enthousiasme) sont connues depuis cette époque. Aristote, le premier, se posait la question du lien entre le génie (la créativité) et la manie (la folie).

Cependant, c’est Théophile Bonet qui fit le lien entre les deux humeurs extrêmes en 1686 et forgea l’expression latine manico-melancolicus. L’alternance manie-dépression est également rapportée par Th. Willis (1622-1675). Jules Baillarger, en 1854, décrit la folie à double forme qui se caractérise par « deux périodes régulières, l’une de dépression et l’autre d’excitation ». Simultanément Jean-Pierre Falret (1794-1870) publie un article consacré à la folie circulaire. Kraepelin élabore, en 1915, un système de classification de la manie et de la dépression fondé sur les symptômes. Il distingue 18 types évolutifs de folie maniaco-dépressive, dont les formes unipolaires et bipolaires, sans les opposer pour autant. Ultérieurement, Karl Kleist et Karl Leonhard subdivisent les formes unipolaires (dépressives) et formes bipolaires. Cette conception dichotomique du trouble est rejointe par Perris, Angst et Winokur.

Société et culture[modifier | modifier le code]

Stigmatisation[modifier | modifier le code]

Il existe de grands problèmes de stigmatisation sociale, de stéréotypes et préjugés pour les individus diagnostiqués de trouble bipolaire56.

Par ailleurs, depuis que le terme de trouble bipolaire a remplacé celui de « maniaco-dépression » ou de « psychose maniaco-dépressive », l’image que le grand public a de la maladie a bien changé et est moins stigmatisante.

Journée mondiale de la bipolarité[modifier | modifier le code]

Depuis 2014, une journée mondiale est consacrée aux troubles bipolaires : c’est le 30 mars105,106, date de naissance de Vincent Van Gogh 107. Cette journée a été lancée par l’association Argos 2001. C’est notamment l’occasion d’informer le grand public et les proches des personnes touchées par les troubles108.

Bipolarité et créativité[modifier | modifier le code]

La maladie bipolaire et la créativité ont des liens très proches. À titre d’exemple, Karin et Hagop Akiskal ont mené en 1992109 une étude sur vingt écrivains, poètes, peintres et sculpteurs européens. Deux tiers d’entre eux étaient cyclothymiques ou traversaient des phases d’hypomanie, et la moitié avait eu au moins une dépression grave. Des études américaines[Lesquelles ?] ont également montré que le suicide fait plus de victimes chez les scientifiques, artistes et autres personnalités que dans la population moyenne109. Les évènements de la vie sont très importants dans le développement des troubles bipolaires. Il est avéré que l’existence des créateurs est souvent mouvementée, rythmée par des souffrances notamment dans l’enfance, des voyages et l’instabilité109. Beaucoup ont eu des parents manifestant des troubles de l’humeur et connu la dépendance des drogues. Nombre d’artistes et de personnages célèbres ont marqué l’histoire non seulement par leur génie créateur mais aussi par l’expression parallèle d’une marginalité psychique parfois déroutante, et souvent dramatique, les conduisant parfois vers le suicide. Ainsi, nombre d’artistes, de savants, de chefs d’entreprise ou d’hommes politiques présentent des troubles de l’humeur plus ou moins importants109.

La pensée, lors des épisodes maniaques ou hypomaniaques, s’exprime par des associations d’idées, parfois fortuites et dissolues mais souvent originales, certes peu adaptées aux normes d’un travail social mais convenant à la création110. Cependant, si la richesse des images mentales peut paraitre féconde pour un travail créatif, l’incapacité à organiser la pensée rend le plus souvent inopérante et stérile la phase maniaque sur le plan artistique.